Tülin_edited.jpg

Tülin ÖZDEMIR
Auteure réalisatrice
Scénariste

Je suis née au cœur de l'Europe dans un des creux populaires de la ville, une nuit d'été caniculaire, le 30 juin 1976. Mon enfance était rythmée entre les éclats nerveux du quartier turc de Bruxelles et les longs mois contemplatifs des vacances d'été en Anatolie, au village de ma grand-mère Hané. L’enfance entre ici et là-bas est le terreau poétique de mes films.
Mon adolescence fût chaotique. Suite à un mariage précoce à 16 ans, je m'arrachais de l'emprise familiale pour m'aventurer seule dans les marges de la société. Un combat pour la liberté qui me propulsait dans la réalité du monde.


Mes films s’enracinent dans cette enfance héritée de la violence de l’immigration et dans la déconstruction de l’identité féminine.

Diplômée de la Haute École d'Art de Saint-Luc à Bruxelles, j'ai travaillé plusieurs années en tant qu’indépendante en architecture d’intérieur avant de passer les examens d'entrée à l'INSAS. Après deux ans dans la section réalisation, j'ai suivi le master en documentaire de création et anthropologie visuelle du S.I.C. (Sound Image Culture). J'y fabriquais mon premier court-métrage documentaire Notre Mariage. Un film artisanal en « je » où j'explorais le sujet du mariage précoce. Ensuite, je réalisais Au-delà de l'Ararat, un road-movie documentaire vers mes origines turques. Recréer une identité vivante  à travers la mémoire des femmes d'Anatolie, Turques, Kurdes et Arméniennes. Des installations de films / photos, une autre mise en scène du regard documentaire, ponctuent mon parcours de cinéaste. Avec Notre Mariage et Au-delà de l'Ararat, Les Lunes rousses, mon dernier long-métrage documentaire, clôture une trilogie sur la quête identitaire au féminin.
Réaliser des films, c’est une métamorphose constante. Lorsque je filme l’autre, je réincorpore des images, je m’incarne dans le monde. Je crée un regard féminin du réel. Dans le chaos d’aujourd’hui, la femme mue, elle est en devenir. Actuellement, je prépare l'écriture d'un long-métrage fiction et un prochain documentaire de création où il sera question du cœur des hommes.

 

I was born in the heart of Europe in one of the popular hollows of the city, on a scorching summer night, June 30, 1976. My childhood was punctuated between the nervous outbursts of the Turkish quarter of Brussels and the long contemplative months of the holidays summer in Anatolia, in the village of my grandmother Hané. Childhood between here and there is the poetic ground of my films.

My adolescence was chaotic. Following an early marriage at 16, I broke away from the family hold to venture alone into the margins of society. A fight for freedom that propelled me into the reality of the world.

My films are rooted in this childhood inherited from the violence of immigration and the deconstruction of female identity.

Graduated of the Haute École of Art Saint-Luc in Brussels, I worked for several years as a freelance interior designer before taking the entrance exams to INSAS. After two years in directing film section, I followed the master's degree in creative documentary and visual anthropology from S.I.C. (Sound Image Culture). I was making my first short documentary Our Marriage there. A homemade film in "I" where I explored the subject of early marriage. Then, I made Beyond Ararat, a documentary road movie about my Turkish origins. Recreate a living identity through the memory of the women of Anatolia, Turks, Kurds and Armenians. Film / photo installations, another staging of the documentary gaze, punctuate my career as a filmmaker. With Our Marriage and Beyond Ararat, Red Moons, my last feature-length documentary, closes a trilogy on the quest for female identity.

Making films is a constant metamorphosis. When I film the other, I reincorporate images, I embody myself in the world. I create a feminine gaze of reality. In the chaos of today, the woman is changing, she is mutant.

Currently, I am preparing the writing of a feature film and an upcoming creative documentary where it will be about the hearts of men.

Un portrait en podcast Cinergie.be

 

Les Glaneuses

Réalisation : Sarah Semana

 

Ecouter le podcast

Crédit photos : Anne Ransquin